Narcisse

Un malentendu entoure l’interprétation moderne du mythe de Narcisse. Il serait coupable de n’aimer que lui-même puisqu’il a rejeté l’amour de tout ceux et celles qui se présentaient à lui, et en particulier celui de la nymphe Echo. Condamné par la déesse de Rhamnonte à aimer et à ne jamais posséder l’objet de son amour, Narcisse serait tombé amoureux de son reflet et, devant l’union impossible, se donne la mort.

 

Cette interprétation a donné lieu au terme narcissisme, soit «l’amour excessif porté à l’image de soi». Cette analyse, largement répandue, est erronée, et fruit d’une réinterprétation récente. Depuis l’Antiquité, Narcisse est synonyme d’innocence et sa fleur, symbole de printemps et de renouveau. Le sens originel du mythe de Narcisse figure ainsi la nécessité de se voir, de se connaitre, et l’impossibilité de se saisir sans se figer.

 

Nous parvenons, de temps en temps, à nous entrevoir de façon fragmentée, incomplète. Une entière connaissance de soi est-elle possible ?